Roulis et tangage au quartier Corderie

Article paru dans Vivre le Marais ! 09 février 2016

Corderie lemel 4 gigi 08 02 16
Place Nathalie Lemel et rue de la Corderie (IIIe) (Photo VlM)
La tempête de la rue de la Corderie et du voisinage du Carreau du Temple repart de plus belle. Dans une note d’information datée du 8 février, l’association des riverains annonce qu’une autorisation de terrasse vient d’être accordée par la Direction de l’urbanisme de la Mairie de Paris au restaurant « GIGI », à l’enseigne de « Au Tour de France »,  4 rue de la Corderie, sur le flanc de la placette Nathalie Lemel qui est le terre-plein arboré de la photo.
C’est la vague de trop qui soulève le navire. Les riverains soulignent que 300 places de terrasses ont déjà été créées aux abords immédiats du Carreau du Temple, dans des rues étroites où le bruit des consommateurs résonne. Ils rappellent qu’un huissier est intervenu en juin 2015 pour constater un niveau de bruit le soir qui atteint 75 décibels.
Corderie 8 terrasse barav 08 02 16
Le « BARAV », 10 rue de la Corderie (Photo VlM)
Certaines de ces terrasses vont bien au-delà de la simple provocation. Le « BARAV », situé au 10 de la rue de la Corderie, exploite avec impudence une terrasse qui occupe le trottoir dans sa totalité et empiète sur une partie de la chaussée. On le voit sur la photo avec une rangée de chaises dans le caniveau. On imagine trop aisément ce que donne ce dispositif lorsque le bar regorge de monde !
C’est dans un contexte déjà tendu que les riverains apprennent que « GIGI » serait autorisé à créer une nouvelle terrasse de 4 tables de 8 à 10 personnes.
Corderie 4 gigi terrasse 12 02 16
Crèperie GIGI, ses quatre tables qui occupent tout le trottoir (Photo VlM)
Le Maire du IIIe Pierre Aidenbaum s’y était pourtant opposé en septembre et le comité de suivi de la charte entre commerçants et riverains se serait réuni s’il n’y avait pas eu les évènements de novembre qui ont bouleversé les agendas. Cette réunion se tiendra finalement en mars 2016. Les riverains attendent une clarification. Le trottoir de 1,30 mètres devant « GIGI » ne permet pas la création d’une terrasse au terme du règlement des étalages et terrasses de la Ville de Paris (mais que penser alors du BARAV ?). L’autorisation porterait-elle sur une contre-terrasse sur la place ? C’est ce que les habitants essaient de savoir et appellent à se retrouver sur leur site.
On lira avec intérêt les commentaires sur notre article déposés par les exploitants de ces établissements dont le comportement semble aberrant à première vue. Ils attribuent la situation au fait que la rue est devenue piétonne. S’il en est ainsi, ne nous étonnons pas que personne n’ait envie de voir des voies privatisées alors que bien des arguments écologiques plaident en faveur d’une telle évolution. On peut se demander ici si la Mairie de Paris n’a pas commis une erreur – toujours réparable – en décidant de fermer la rue aux véhicules à quatre roues.
Troisième café parismarais
Le Troisième Café, 18 rue de Beauce (IIIe) (Photo Parismarais)
C’est en ce moment de surcroît qu’on apprend que « Le Jules », le café-restaurant du Carreau est l’objet de pourparlers avec « Le Troisième Café », pour reprise de l’activité. Le Troisième Café est un établissement associatif et collectif qui s’est créé il y a trois ans rue de Beauce. Il bénéficie d’une aide financière de la mairie du IIIe, de la Députée de l’arrondissement et de la contribution de quelques bénévoles pour offrir des consommations à des prix imbattables et des prestations d’animation. Ce n’est pas en soi une mauvaise nouvelle pour les habitants du quartier mais certainement une donnée dont ils vont devoir tenir compte.